Les ingrédients de la folle académie* sont multiples : follitude assumée, prétention s’abstenir, érotisme pourquoi pas, humour toujours bienvenu, du chant en direct et… la francophonie particulièrement appréciée.

Ainsi vendredi soir le show a commencé par un numéro de la délirante Lady Cypline, celle qui parvient à faire un atout de son incapacité à chanter juste. Dans « Née comme ça », inspiré par « Born this way» de Lady Gaga, elle dresse un constat lucide sur elle même, « elle voulait être star, rester divine, grandir comme une reine, porter des bijoux autour du cou », et finalement « elle se retrouve se maquillant à la truelle, portant des perruques poubelles, jamais potiche, toujours chiche, roulant en estafette ». Cela ne s’invente pas, et finit par un hymne qui sera repris en chœur par le public du Tango : « vive les gais, vive les gouines, vive ceux qui veulent être eux-mêmes ».

cypline.jpg

Mademoiselle Gisèle est particulièrement douée pour nous raconter ses manies en détournant les paroles des grands classiques de la variété française et internationale. Rentrant d’une plage ensoleillée elle nous a transformé « voyage, voyage » de Désireless en « je nage je nage, elle nage plus loin que la nuit et le jour », mais voyant sur cette plage tout le Marais qui a débarqué, la voilà qui se plaint : « j’enrage, j’enrage » et cela finit par dégénérer lorsqu’ un gars la drague, elle s’énerve et hurle « dégage, dégage, et jamais ne reviens » ! Bon vous me direz, c’est quoi cette histoire hystérique ? Et je vous répondrai, c’est cela la Folle Académie !

gisele.jpg

C’est Zoa qui a bouclé le show. Cette petite traîne ses talons aiguilles dans les jupes de Madame Hervé depuis son adolescence (difficile cela va de soit). Elle a la plume facile, la répartie acide, et toute la vie devant elle, cela promet. Vendredi elle a repris le tube de l’été de Rihanna « shine bright like a diamond » qui est devenu en français « larguée comme une pauv’fille sur une plage à Malaga ».

zoa.jpg

Il est certain que les paroles de ces trois chansons ne figureront pas dans les anthologies futures de la poésie française, mais ces shows, eux, participent bel et bien à la légende de La Boîte à Frissons.

folleacaout2013.jpg

  • Rendez-vous chaque dernier vendredi du mois avec la Folle Académie : scène ouverte aux amateurs, débutants ou confirmés. Répétitions le mardi : La Taulière surveille, encourage (elle se garde le beau rôle la garce !), le Taulier Méziane et le DJ Gilles supervisent et jouent les mauvaises (recommence, chante plus fort, bouge un peu, commence par apprendre ton texte !...). N’hésitez pas à nous contacter pour monter prochainement sur scène.