Dans la vie il y a des hauts et des bas, le problème avec le boulot de Taulière est que les bas ne sont pas autorisés ! Je suis là pour le plaisir, pour que chaque soir La Boîte à Frissons joue son rôle de boîte à bonheur. Et cela depuis 16 ans ! Or ce blog, ouvert en 2006, était justement un de ces lieux où je déversais ma légendaire joie de vivre (croyez-le ou non, cela dure depuis mon enfance !), qui parfois, je l’admets, se manifeste par de sacrés coups de gueule qui ne font pas plaisir à tout le monde.

Lorsqu'une accumulation de soucis ébranle votre superbe moral, il peut être utile de se taire, même si « the show must go on !». J’ai donc douté. A quoi bon un blog, pourquoi s’épancher et susciter ensuite toute la hargne à laquelle s’adonnent les aficionados d’Internet ? Et puis il y a eu d’autres combats qui m’ont davantage mobilisé (Parlons Q : ou comment bouger les gays perdus dans leur sexualité productiviste ?).

Aujourd’hui, alors que nous allons entamer notre 17ème saison au Tango, j’ai décidé de revenir, parce que de l’avis général je vous ai manqué et que La Boîte à Frissons ne serait pas ce qu’elle est sans une Taulière toujours bavarde. Je reprends en mains ce blog !

accordeon.jpg