Le moment de bonheur vendredi soir fut la visite de trois anciennes élèves du lycée de Villeneuve La Garenne où j’ai fini ma carrière de prof au milieu des années 90. D’abord les compliments du genre « oh vous n’avez pas changé M’sieur » (les menteuses !), puis l’évocation des souvenirs…

L’un d’eux m’a littéralement sidéré. « Monsieur, vous vous rappelez de LATAPEX ? » Et elles ont toutes trois un gros fou-rire.
- A non ? C’était quoi ?
- Ben dans le cours sur la création des entreprises. C’était le nom de la société que vous nous aviez donné en exemple.
- Latapex ? … ???
- Oh, il ne s’en souvient pas ! (elles se bidonnent) Ben oui, « Latapex », la fabrique de préservatifs !

Là effectivement j’ai également éclaté de rire et tout cela m’est revenu en mémoire. Le cours de seconde sur l’entreprise que j’avais conçu comme un jeu « l’entreprise dont vous êtes le héros ». Il fallait trouver une idée et bâtir un empire capitaliste… En plein boum du sida et de la découverte des bienfaits du préservatif, je me suis inspiré de… DUREX ! Je m’étais également servi d’un extrait de l’émission Culture Pub qui présentait une compilation de toutes les pubs du monde entier sur le préservatif (et les petites élèves musulmanes suivaient le cours avec attention, les garçons ricanaient pour faire les malins). Cela avait juste suscité la curiosité du collègue de la classe voisine : il donnait un devoir sur table et ses élèves entendant forcément des bribes de ces spots affriolants avaient été troublés…

Avec mes anciennes élèves, l’évocation de la formidable histoire de l’entreprise Latapex nous ramena à discuter du Sida et de l’air du temps actuel. Fini l’époque où justement on en parlait partout, même dans les cours d’économie. Aujourd’hui elles sont mères de famille et constatent que les enfants ne perçoivent plus la maladie comme une menace sérieuse et qu’il n’y a plus comme avant assez d’information et de mobilisation.

Moralité à faire méditer aux stratèges de la prévention : le martèlement de messages, même entourloupé grossièrement, ne représente pas forcément un traumatisme et peut même laisser dans les esprits de très bons souvenirs.

latapex.jpg