Le sida va disparaitre des statuts du Centre LGBT Paris ÎdF. Quelle bonne nouvelle ! Il n’y a pas que les médecins, chercheurs, laboratoires pharmaceutiques qui spéculent sur l’éradication de la maladie, voici que les militants homosexuels (du moins certains d’entre eux) rayent d’un coup de stylo l’existence de la maladie.

Rappelons le contexte : depuis le mois de décembre 2011, une poignée de militants LGBT, conduits par les responsables de l’Inter LGBT et la Présidente du Centre, déploient toute leur énergie pour réaliser la fusion du Centre et de l’Inter. Quel est leur projet ? Que souhaitent-ils faire dans ce méga centre ? Quelle est leur analyse des priorités actuelles du mouvement homosexuel ? En tout cas certainement pas la lutte contre le sida ! La mention du sida a purement et simplement été supprimée des statuts de la future structure.

Anodin ? Que non ! Les statuts sont à une association ce qu’est la constitution pour un pays (c’est ce que nous avons discuté mercredi 23 mai lors d’une première rencontre-débat de la nouvelle université populaire LGBT, consacrée à l’histoire du Centre à travers l’évolution de ses statuts). Depuis la création du CGL en 1993 le sida a toujours été un des objets de l’association clairement défini. Il aura donc fallu attendre cette fusion avec l’Inter LGBT pour que soit osée la disparition du mot sida des statuts.

Cela en dit long sur ce projet de méga-centre et illustre parfaitement ce que nous sommes un certain nombre à dénoncer depuis quelques mois : cette fusion résulte d’une mauvaise appréciation des enjeux actuels du mouvement LGBT, elle ne répond à aucune nécessité, loin d’assurer la « force par l’union », elle va entraîner des divisions et des gaspillages. Le malheur est que tout cela se prépare et risque d’être adopté dans l’indifférence générale : jusqu’à aujourd’hui les autres grandes associations LGBT laissent faire et se taisent (à l’exception de Contact, du MAG et d’OuTrans).

Aujourd’hui ce sont tous ceux et celles qui se préoccupent de la persistance des contaminations du VIH chez les homosexuels qui peuvent s’inquiéter. Le sida va disparaître des articles «objet » et « moyens d’action » des statuts de ce que l’on nous annonce devoir devenir la plus grande association LGBT française.

NB : deux informations :
1) Réunions d’information sur ces statuts jeudi 24 mai à 19 h et samedi 26 mai à 14 heures au Centre LGBT, adoption prévue au cours d’une AG extraordinaire convoquée le vendredi 15 juin à 18 heures
2) Parce qu'il faut bien palier aux insuffisances de ce Centre LGBT : un grand débat animé par le journaliste Anthony Bellanger (Le Blogueur, Arte) se tiendra au Tango le mardi 19 juin à 20 heures : Le sida s'invite à la Gay Pride : 30 ans après, quelle prévention pour les gays ?

sida.jpg