printemps04g.jpg

J'adore voir des curieux, ou de simples gens de passage, s'arrêter devant l'enseigne du Tango et s'amuser du sous titre : La Boîte à Frissons.

minilogo.jpg

Hum, qu'est ce qu'ils s'imaginent ? On y frissonne ? Les yeux brillent, l'imagination s'enflamme. Et c'est là que Madame Hervé a le plaisir d'étaler sa culture. Non, non, ce n'est pas ce que vous croyez... Jadis, à l'époque de l'apogée du musette, dans le Paris des années 30, les accordéonistes ont surnommé leur instrument magique : leur boîte à frissons. Et c'est ainsi qu'en 1997, cherchant un nom pour ma toute nouvelle société, j'ai déposé la marque "La Boîte à Frissons" et baptisé ainsi le bal gay et lesbien que j'installais au Tango. C'est un peu culotté de privatiser du patrimoine populaire, mais c'était davantage pour m'assurer l'usage de l'expression que pour empêcher les autres de s'en servir.

Cela faisait bien longtemps que l'on n'avait pas entendu un accordéon à notre bal, pour notre début de soirée qui est unique en son genre. Or c'est aux alentours du printemps que s'ouvrent les guinguettes, et c'est pourquoi vendredi dernier Erminio Valente et Alvaro Lombard étaient là pour vous faire danser. Comme tous les autres accordéonistes venus à La Boîte à Frissons, Erminio n'a pas caché son plaisir, d'une part de venir dans ce lieu mythique qui a accueilli jadis tant et tant d'orchestres, mais aussi parce qu'il a trouvé un public tellement réceptif, et tellement interlope !

printemps02g.jpg

Mais j'aurai peut être dans quelques temps de nouvelles occasions de vous parler du musette : un soir de la semaine prochaine va se réunir au Tango une bande de passionnés qui veulent créer une "académie du musette". A suivre...

academiemusette.jpg

L'historique de la salle Le Tango (Ecrit par Lucien Lariche).