Il est vrai que La Boîte à Frissons a gardé un côté juvénile, puisqu’elle fonctionne en « année scolaire » ! Nous débutons notre saison début septembre avec les écoliers et nous l’achevons en pleines vacances d’été. Mais cela ne nous empêche pas de nous adonner aux usages traditionnels de la nouvelle année et de vous adresser tous nos vœux !

2011 une année folle !

En février nous avons organisé le Bal des Folles. Mine de rien, nous affirmions ainsi notre ras-le-bol du rejet des folles par bon nombre de gays. Historiquement ce sont toujours elles qui osent se montrer et ouvrent la voie à nos luttes. Ce sont elles qui ont de l’humour, qui savent s’habiller et mettre de la couleur dans notre monde souvent trop gris et conventionnel. Ce bal a été un succès, très bien annoncé par la série de portraits réalisée par notre DJ, Gilou. Merci à tous ceux qui ont accepté de faire partie de cette galerie de photos que vous retrouverez sur notre site ou sur facebook.

C’est à l’occasion de ce bal que j’ai donné naissance à Hervé Lafolle, un genre de Madame Hervé light. Par la suite j’ai remarqué que ce personnage plaisait moins que la dame originale. Comme quoi… Cela pourrait être un sujet de réflexion d’étude sur le genre ! Une chose est certaine, le gay se laisse plus facilement tripoter par un travelo que par une vieille folle !

balfol011.jpg rvlafolle01mini.jpg

Le placard à chansons a eu du mal à s'ouvrir

Année de la follitude également avec la production du spectacle Chantons dans le Placard, qui dans son genre est aussi un hymne à la liberté et un hommage à tous les chanteurs et chanteuses qui ont osé aborder le thème de l’homosexualité à des époques où il était plus populaire d’être homophobe. Le spectacle a plu mais n’a pas trouvé l’écho que j’espérais. On s’en sort avec un beau déficit financier, fort heureusement supportable grâce au succès des soirées au Tango. Il y aurait beaucoup à dire sur la timidité des grands médias qui peinent encore à s’intéresser à un tel spectacle, qualifié à tort de « trop gay ». Mais que dire d’un magazine comme Têtu, prévenu largement en amont, qui n’a su consacrer à cette anthologie de la chanson gay et lesbienne qu’un petit tiers de page ? Ils préfèrent visiblement consacrer des colonnes entières à la culture main-stream, celle qui s’étale déjà dans tous les autres journaux hétéros, et attire sans doute plus facilement les annonceurs publicitaires.

Quelle folie aussi au dernier Bal des Travs, où nous avons inauguré un atelier de travelottage qui a attiré beaucoup de monde, y compris un journaliste célèbre qui n’en revenait pas de son audace et s’est bien amusé !

Vive les danses à deux !

Pour finir je voudrai adresser un gros bisou particulier à nos danseurs et danseuses du début de soirée, ceux qui pratiquent les fameuses danses de salon. Je salue les Gais Musette, avec qui je m’entends bien à nouveau (c’est un vrai bonheur, comme si la crise d’adolescence de ce bébé était passée, mince je deviens vraiment vieille !), je félicite le jeune Julien qui a monté un nouveau cours de danse (Laissez moi danser !), et je vous encourage tous et toutes à vous lancer sur la piste en début de soirée : danser à deux c’est tellement chouette !

L'image de nos vœux pour 2012 :

IMG_4109.jpg

un bal du mélange des genres, tous les publics (pas trop d'hétéros beaufs tout de même), toutes les danses (et toujours les danses à deux), toutes les musiques (sauf la techno). Mince ! Un programme qui n'a pas pris une ride depuis 1997 !