Cela fait des semaines, pour ne pas dire des mois que tous les médias gays nous matraquent avec le «1er festival des cultures gay LGBT de Paris » qui va se dérouler pendant la semaine de la Gay Pride. Est-ce que l’on se moque de nous ? Ou est-ce que l’on nous prend vraiment pour des niais ?

« Paris Circuit Party » est en fait une semaine de clubbing à grande échelle judicieusement organisée pendant la semaine de la Gay Pride. Point. Tout le reste n’est que de l’habillage pour épater, et probablement pour récolter, sinon des sous, du moins des soutiens. Par exemple, la mairie de Paris est partenaire : décidément les princes de l’hôtel de Ville sont bien mal conseillés.

Pour la petite histoire, l’organisateur de ce pseudo-festival, Denys Fischer, est venu me rencontrer en janvier. Il m’a sorti son discours du mieux disant culturel : une semaine d’évènements, des expos, des débats, du théâtre, de la chanson, du cinéma… Il m’a surtout vanté les perspectives d’une communication monstrueuse ! Je lui ai parlé culture : les visites de Paris Gai Village, le spectacle sur la chanson homosexuelle, un grand débat « Pourquoi la prévention du Sida n’intéresse-t-elle plus les gays ? ». Autant vous dire que je n’ai plus eu aucune nouvelle de lui ! Jusqu’à ce que son « RP » m’appelle, il y a quelques semaines, pour me demander comment je comptais m’associer à leur formidable festival ! Je suis resté poli…

Cela m’amuse donc de voir cette orgie de communication autour de ce non-événement. La presse gay est bien forcée de relayer l’information d’un gros annonceur publicitaire (y compris les sites internet qui se proclament plus indépendants !), mais la Mairie de Paris, que vient-elle faire dans cette galère ?

Mine de rien c’est tout une conception de la vie publique qui est en jeu : le fric et les copains dictent la politique, les militants se laissent déborder par une privatisation miroir aux alouettes et la cause gay y perd son âme et sa culture ! Il serait peut être bon qu’un jour l’Inter LGBT oublie le traumatisme du fiasco du Bercy Gay de 1996, et se mette au travail pour offrir un véritable programme culturel autour de la marche des fiertés.

PS : Bon, en attendant cette « Paris Circuit Party » (prononcez de préférence avec l’accent américain), venez donc assister cette semaine à un tout petit évènement (qui a bénéficié d’une com ridiculement artisanale, sans attaché de presse, ni « RP »), mais qui en revanche, est un vrai spectacle, qui plus est, hautement culturel : en 1 h 30 vous aurez droit à un tour d’horizon complet de la chanson gay française…
Chantons dans le placard
Une comédie théâtrale et musicale de Michel Heim
Mardi 7, mercredi 8, jeudi 9,
Mardi 14, mercredi 15, jeudi 16 juin à 20 h 30
AuTango.
Entrée 20 euros. Places assises.
Réservation conseillée : resa@boite-a-frissons.fr
www.chantons-dans-le-placard.com