- Madame Hervé, quel est ce placard que vous allez ouvrir ?

- Un placard à chansons ! Depuis que j’ai ouvert le bal gay et lesbien au Tango, j’ai farfouillé dans les archives de la chanson française pour dégoter toutes les chansons qui ont évoqué l’homosexualité. Le spectacle Chantons dans le placard, écrit par Michel Heim, est un prétexte pour les présenter.

- C’est encore vos anciens réflexes d’institutrice qui vous poussent à présenter une leçon d’histoire ?

- Oui mais entre temps l’ancien prof est devenu Taulière, alors un cours pareil, sous forme d’une comédie théâtrale et musicale, rigolote, beaucoup d’étudiants en rêveraient. Dans notre placard on s’amuse ! Mais c’est vrai qu’en assistant aux répétitions je me rends compte que la trame imaginée par Michel Heim est exactement le style de situation que j’adore : un petit jeune curieux, un peu naïf, vient apprendre auprès d’un plus vieux toute une culture qui va l’aider à comprendre et assumer sa propre histoire.

- Qu’est ce qu’il apprend le petit jeune ?

- Il va apprendre qu’il y a toujours eu une grande connivence entre la chanson et l’homosexualité. Mais que cela a d’abord été très subtil, c’est l’idée du placard : c'était tabou, alors on faisait des allusions, on se moquait, on jouait aux folles. Par la suite, on a pu entrer dans le vif du sujet, et revendiquer la reconnaissance, soit avec de l'émotion forte, soit carrément en faisant de la provocation. Pour finir aujourd’hui on assiste à une banalisation qui se traduit par des propos assez convenus. A travers cette histoire on passe en revue l’évolution des moeurs dans notre société. Et en fait cela agit dans les deux sens : la chanson révèle l’état des moeurs, mais elle peut aussi les faire évoluer !

- Par exemple ?

- Un chanteur aussi populaire que Charles Aznavour, en 1972, a le courage de raconter l’histoire d’un homo travesti dans "Comme ils disent" ! Ou encore, Dalida, en 1979, évoque avec beaucoup d’émotion le trouble d’une femme qui découvre la tentation homosexuelle de son mari : « depuis qu’il vient chez nous ». Cela secoue l’opinion publique, popularise l’homosexualité et combat les préjugés. Aujourd’hui lorsque c’est évoqué, cela traduit davantage la normalisation : pensez à une chanson de Linda Lemay sur le mariage homo et l’adoption, "Les deux hommes" : personnellement je la trouve mièvre, elle ne fait rien avancer, ne dérange pas, elle est juste en conformité totale avec l’air du temps.

- Cette fois, vous semblez vouloir à tout prix attirer le grand public : vous, la Taulière qui filtre les hétéros à l’entrée de sa boîte, veut cette fois les séduire !

- Oui je leur offre une occasion inouïe de mieux nous comprendre, d’entrer dans notre intimité, je suis certain que les hétéros seront très étonnés et séduits. On leur donne une clé de lecture, on leur raconte un tas de trucs fantastiques qu’ils n’ont sans doute jamais soupçonnés en écoutant certaines chansons ! On le fait à notre manière, en nous amusant, en nous tournant en dérision parfois. Alors oui, en venant voir Chantons dans le placard, ils découvriront l'intérêt de la culture du minoritaire, et comprendront plus facilement pourquoi il existe encore des lieux de sociabilité spécifiquement gays et lesbiens !

Avant première du spectacle au Tango du 7 au 16 juin 2011 le mardi, mercredi et jeudi à 20 h 30. la salle est transformée en salle de spectacle, places assises, il est prudent de réserver : resa@boite-a-frissons.fr ou par téléphone au 01-48-87-25-71.

affiche_chantons2011.jpg

Tous savoir sur le spectacle : www.chantons-dans-le-placard.com.
Rejoignez Le groupe facebook.