Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 26 octobre 2011

Talents aiguilles sur Pink TV

L'émission de Nicolas Maille est consacrée à Chantons dans le placard.

mercredi 7 septembre 2011

Chantons dans le placard : exposition au centre LGBT de Paris

Évocation en images du spectacle Chantons dans le placard, au centre LGBT de Paris du 9 septembre au 5 octobre 2011. L'occasion de rappeler comment depuis 15 ans nous œuvrons pour faire sortir du placard tout un pan de notre culture LGBT

Expo-CGL.jpg

Un placard qui a de la suite dans les idées !

La sortie du placard de la subculture musicale gay et lesbienne remonte au milieu des années 90. Souvenez-vous de cette période durant laquelle la musique techno devenait l’étendard de toute la vie gay. Même Dalida devait être remixée pour satisfaire les goûts du moment ! Il fallait réagir et refuser ce diktat culturel.

C’est pourquoi en 1997 l'association Les Gais Musette dont j'étais le président fondateur entreprit une reconquête de la mémoire, sous la forme de la publication d’un CD, réalisé par le journaliste collectionneur Martin Pénet, lui-même assisté par un technicien restaurateur de génie Lionel Risler. Ces chansons interlopes, récupérées sur de vieux disques 78 tours, ont de quoi nous surprendre parce qu’elles sont apparues à une époque où les homosexuels se planquaient, et risquaient souvent bien des ennuis lorsqu’ils étaient victimes de que l’on n’appelait pas encore l’homophobie. Du coup les chansons maniaient l’allusion, les jeux de mots et l'humour. Cet assortiment permettait de transgresser dans la bonne humeur. La figure de la folle est toujours la plus appropriée pour ouvrir le chemin de la tolérance, n’en déplaise aux nouveaux normalisateurs de la gaytitude respectable.

Une fois ce patrimoine redécouvert, l’idée vint de le mettre en spectacle. Michel Heim, auteur notamment des comédies des Caramels fous, se mit à la tâche et Chantons dans le placard fut créé à Paris au Tango en 2006. Ce fut l’occasion pour Martin Pénet, soutenu par La Boîte à Frissons, de sortir une nouvelle compilation de chansons interlopes « revue et augmentée ». Et c’est ainsi que naquit notre manie de collectionner toutes les chansons qui évoquait l’homosexualité, de près ou de loin (et parfois de très loin !).

Le double CD Chansons interlopes (encore disponible à la vente)
placard_cd.jpg

En 2009, juste pour le plaisir, et cette fois avec la complicité d’un autre grand collectionneur (dingue comme on les aime !), Matthieu Moulin, des disques Marianne Mélodie, nous avons sorti la compilation du Bal de la Boîte à Frissons : nos plus folles chansons.

cdcouv.jpg

Nous avons certes ressorti du placard des documents (comme un extrait du spectacle des pédalos de 1979), mais nous nous sommes aussi approprié tout un univers pas intentionnellement gay mais pour nous totalement « homo-sensible » ! La subculture c’est aussi cela : être capable de se faire une place dans un monde qui s’évertue à nous ignorer. Puisque l’on ne parle pas de nous, nous nous débrouillerons seuls, en récupérant à notre façon les plus beaux refrains : la réinterprétation des paroles ou le détournement de leur sens et même l’art du transformisme sont autant d’occasions de chanter dans le placard.

Enrichi de toutes ces découvertes, Chantons dans le placard, nouvelle version 2011, a cette fois l’ambition de faire partager toute cette culture à un plus large public. Tous les ingrédients sont réunis pour y parvenir : riche contenu, intrigue, humour, émotion. Cette exposition au centre LGBT se veut une entrée en matière, à travers quelques-unes des plus grandes figures de la chanson, nos icônes pourrions-nous dire !

Photo montage Charles Trenet de Narcisse Davim pour l'exposition
trenet2.jpg

Exposition au Centre LGBT de Paris du 9 septembre au 5 octobre 2011.
Vernissage vendredi 9 septembre à 19 h 30.

Le spectacle Chantons dans le placard sera joué du 22 septembre au 31 décembre 2011 au Petit Théâtre des Variétés.

mardi 24 mai 2011

Le placard à chansons de Madame Hervé

Quelques questions à Madame Hervé sur le spectacle Chantons dans le placard.

- Madame Hervé, quel est ce placard que vous allez ouvrir ?

- Un placard à chansons ! Depuis que j’ai ouvert le bal gay et lesbien au Tango, j’ai farfouillé dans les archives de la chanson française pour dégoter toutes les chansons qui ont évoqué l’homosexualité. Le spectacle Chantons dans le placard, écrit par Michel Heim, est un prétexte pour les présenter.

- C’est encore vos anciens réflexes d’institutrice qui vous poussent à présenter une leçon d’histoire ?

- Oui mais entre temps l’ancien prof est devenu Taulière, alors un cours pareil, sous forme d’une comédie théâtrale et musicale, rigolote, beaucoup d’étudiants en rêveraient. Dans notre placard on s’amuse ! Mais c’est vrai qu’en assistant aux répétitions je me rends compte que la trame imaginée par Michel Heim est exactement le style de situation que j’adore : un petit jeune curieux, un peu naïf, vient apprendre auprès d’un plus vieux toute une culture qui va l’aider à comprendre et assumer sa propre histoire.

- Qu’est ce qu’il apprend le petit jeune ?

- Il va apprendre qu’il y a toujours eu une grande connivence entre la chanson et l’homosexualité. Mais que cela a d’abord été très subtil, c’est l’idée du placard : c'était tabou, alors on faisait des allusions, on se moquait, on jouait aux folles. Par la suite, on a pu entrer dans le vif du sujet, et revendiquer la reconnaissance, soit avec de l'émotion forte, soit carrément en faisant de la provocation. Pour finir aujourd’hui on assiste à une banalisation qui se traduit par des propos assez convenus. A travers cette histoire on passe en revue l’évolution des moeurs dans notre société. Et en fait cela agit dans les deux sens : la chanson révèle l’état des moeurs, mais elle peut aussi les faire évoluer !

- Par exemple ?

- Un chanteur aussi populaire que Charles Aznavour, en 1972, a le courage de raconter l’histoire d’un homo travesti dans "Comme ils disent" ! Ou encore, Dalida, en 1979, évoque avec beaucoup d’émotion le trouble d’une femme qui découvre la tentation homosexuelle de son mari : « depuis qu’il vient chez nous ». Cela secoue l’opinion publique, popularise l’homosexualité et combat les préjugés. Aujourd’hui lorsque c’est évoqué, cela traduit davantage la normalisation : pensez à une chanson de Linda Lemay sur le mariage homo et l’adoption, "Les deux hommes" : personnellement je la trouve mièvre, elle ne fait rien avancer, ne dérange pas, elle est juste en conformité totale avec l’air du temps.

- Cette fois, vous semblez vouloir à tout prix attirer le grand public : vous, la Taulière qui filtre les hétéros à l’entrée de sa boîte, veut cette fois les séduire !

- Oui je leur offre une occasion inouïe de mieux nous comprendre, d’entrer dans notre intimité, je suis certain que les hétéros seront très étonnés et séduits. On leur donne une clé de lecture, on leur raconte un tas de trucs fantastiques qu’ils n’ont sans doute jamais soupçonnés en écoutant certaines chansons ! On le fait à notre manière, en nous amusant, en nous tournant en dérision parfois. Alors oui, en venant voir Chantons dans le placard, ils découvriront l'intérêt de la culture du minoritaire, et comprendront plus facilement pourquoi il existe encore des lieux de sociabilité spécifiquement gays et lesbiens !

Avant première du spectacle au Tango du 7 au 16 juin 2011 le mardi, mercredi et jeudi à 20 h 30. la salle est transformée en salle de spectacle, places assises, il est prudent de réserver : resa@boite-a-frissons.fr ou par téléphone au 01-48-87-25-71.

affiche_chantons2011.jpg

Tous savoir sur le spectacle : www.chantons-dans-le-placard.com.
Rejoignez Le groupe facebook.

mercredi 6 janvier 2010

Les petits cadeaux made in Thailand de Madame Hervé

Une nouvelle bande annonce d'un film délirant mettant en scène nos amies ladies boys thaies.

mercredi 28 octobre 2009

Les demoiselles du Tango

Mademoiselle Gisèle et Pauline Diamant, au show de la soirée Zoa Mia !


Pauline Diamant et Mademoiselle Gisèle dans "Les Demoiselles du Tango"

mercredi 24 juin 2009

Nos plus folles chansons : le CD collector

Les secrets d’une programmation à double sens !

Notre CD "Au bal de la Boîte à Frissons, nos plus folles chansons" est à présent en vente dans notre boutique en ligne. Voici donc quelques explications succinctes d’un choix, qui sans en avoir l’air a toute sa raison.


Préambule
1 - « La France en rose »
Avouez qu’un titre pareil est une belle entrée dans l’ambiance : personne ne nous interdira d’attribuer aux textes un sens détourné : le rose ! Une couleur qui dispose à la douceur, à la gaieté, c’est la couleur de l’été. Et Georgette Plana, que nous nommons affectueusement entre nous « mémé » est la chanteuse musette par excellence, elle a la gouaille, son nom résonne, un tantinet ringard et populaire, et nous on aime !

Ambiance bastringue.
Le bal c’est l’accordéon, cet instrument surnommé « la boîte à frissons » par les accordéonistes des années 30, époque phare du genre. C’est aussi des voix, des dégaines, des thèmes de prédilection. Dans notre sélection, les voix sont féminines et graves (Mimi Bastille, Jane Chacun, Simone Réal), ou au contraire, masculines et teintées de féminité (Jean Raphaël). On y parle de dancings, on côtoie des voyous et des marins.

2 - Dancing de l’univers est chantée par la voix incroyablement rocailleuse d’une copine, Mimi Bastille, familière de notre bal à ses débuts.
3 - Mon costaud de Saint-Jean, par Jane Chacun, est notre version préférée de ce grand classique. Car « mon costaud » c’est tellement plus fun que « mon amant ».
4 - Le bal des voyous, nous aimerions tant y être invité ! Et cela se passe de commentaires.
5 - Le tango nous invite avec cette voix aux sonorités si désuètes. En somme une voix de folle !
6 - Pompons rouges et cols bleus, nous plonge dans l’un de nos plus beaux fantasmes, les beaux marins nonchalants qui débarquent au port après des mois passés en mer. « Dès que l’on voit venir pompons rouges et cols bleus, les filles sont à l’aise, elles aiment tant les cols bleus de la marine française… »
7 - Mon homme ne sort que la nuit , encore une belle chanson qui nous conte toute une ambiance, d’autant plus que Simone Réal était la chanteuse de l’orchestre musette qui animait le dancing Le Tango aux tous débuts des années 60. Notre bal est ainsi fait de toute une série de petites références subtiles !
8 - La Foule est sans conteste une chanson mythique, avec cette version tango très peu connue nous avons toujours le plaisir de surprendre nos danseurs.

Nos idoles féminines
Quatre voix féminines exquises, qui plus que d’autres, nous parlent. Suzy Solidor, icône lesbienne, Dalida, notre super star, Rina Ketty et Lucienne Delyle, voix du passé, probablement en leur temps idoles des homos !

9 - Un air d’accordéon, résume tout ce que l’on aime dans La Boîte à Frisons.
10 - Miguel, « le chagrin d’amour ne dure pas toujours, ta belle t’a quitté, une de perdue, dix de retrouvées ». C’est Dalida qui nous incite à un peu de légèreté, nous qui aimons tant butiner de nouvelles marguerites… Et la chanson conclut : « quand on l’a compris, on est heureux, très heureux, pour la vie ! »
11 - Nicolas, Nicolas : ne cherchez pas à comprendre le choix de cette chanson. Certes on imagine que Rina Ketty était une idole homo durant les années 50, mais en fait Nicolas est un prénom qui fait chavirer le cœur de La Taulière : elle tourne autour de ce garçon depuis au moins deux ans !
12 - Dans les bras d’un gars de la marine : mais pourquoi donc sommes-nous si obsédés par ces beaux marins ?

Nos idoles masculines
Deux exemples d’une alchimie interlope que nous sommes les seuls à saisir ! Ou comment vous expliquer ce qu’est une chanson folle.

13 - Quand elle danse : imaginez simplement le plaisir que devait ressentir Dario Moreno en chantant ce pure délire.
14 - Cha-cha-cha mademoiselle : il y a un peu moins de folie chez Luis Mariano, quoique ?

Histoires d’hommes
Nul besoin d’explication de textes pour justifier la présence des ces petits bijoux qui sonnent si bien à nos oreilles.
15 - C’est beau un homme (Coccinelle)
16 - Un homme (Fernandel)
17 - Y’a tellement d’hommes (Sylvia Lopez)
18 - Mon appolon (June Richmond)

Ambiance interlope
Il y a des chansons franchement interlopes, et d’autres plus suggestives.

19 - Nous les tantes, est extrait de « essayez donc nos pédalos », un spectacle écrit par Alain Marcel et présenté en 1979.
20 - Il vous faudrait une femme, chante Bambi, avec une malice non dissimulée. Elle était, avec Coccinelle, une des vedettes transsexuelle du célèbre cabaret Le Carrousel.
21 - Rendez-vous au pam pam, se moque des snobs et des folles, mais gentiment.
22 - C’est vers elle que tu vas susurre la troublante voix de Mick Micheyl. L’amour est complexe, surtout lorsqu’il n’est pas tout à fait explicite.
23 - La douche municipale ne doit son caractère coquin qu’à nos oreilles obsédées !
24 - Avoir un bon copain il n’y a rien de mieux, et comprenne qui peut !

Bonus de fin !
25 - Le petit accessoire est celui qui accompagne nos amours et nous préserve du Sida. Il est chanté par la troupe des Caramels fous. Le texte est de Michel Heim, qui excelle dans le détournement des paroles de chansons.
26 - Come Prima revisité par notre copain Poutou, illustre un petit jeu que nous adorons : remixer différentes versions d’une même chanson, associer des voix (Dalida, Lucienne Delyle et Jo Leemans) et mêler les langues (français, italien, néerlandais).

Vente du CD sur notre boutique en ligne.

mardi 21 avril 2009

Des créatures san franciscaines !

Un clin d'oeil envoyé de mon ami Gérard de San Francisco.


samedi 7 mars 2009

Mado La Motte revient au Tango en avril !

Aperçu du personnage pour ceux qui l'ont raté en septembre...


mardi 17 février 2009

Madame Sans Gène de Bruxelles

Dans la série "galerie des créatures" que nous aimons.


mercredi 10 décembre 2008

Connaissez-vous Jacqueline Genou ?

La bande annonce de son spectacle enregistré au Tango en mai 2008
Jacqueline Genou est née sur la scène du Tango, elle est une des artistes participant régulièrement à la Folle Académie.




Le site officiel de Jacqueline Genou.

jeudi 27 novembre 2008

Nous les Tantes contre La Cage aux folles

Dans la série "délices des années 80"

Alors que votre Taulière prépare avec fièvre et appréhension sa visite invertie sur Le Marais, qui aura lieu ce dimanche 30 novembre à 14 h 30 (voir sur le site de Paris Gay Village), elle retrouve dans ses archives un disque 45 tours culte.

On annonce la reprise de La Cage aux Folles au théâtre en septembre 2009. Avec un texte inchangé, et quelles intentions ? La donne est-elle la même qu'au milieu des années 70 ? A l'époque, la cage aux folles avait suscité la foudre des militants homos, la réponse gay fut un spectacle d'Alain Marcel, intitulé "Les pédalos". Trois personnages sur scène évoquaient en chansons la vie quotidienne des homos. Le spectacle n'a jamais été repris. Sans doute faudrait-il l'adapter...

Visite invertie animée par Hervé LATAPIE :
Le Marais, un bonheur de Ghetto ?
C'est une visite promenade dans le Marais, un prétexte pour évoquer l'histoire du quartier et des homosexuels depuis le début des années 80. Rendez-vous dimanche à 14 h 30 à la sortie du Métro Rambuteau, juste devant l'entrée de la cafétéria Flunch, qui se nommait à l'époque : Mélodine !
Prix de la visite 10 euros (pour l'association Paris Gay Village) réservation : contact@parisgaivillage.com

jeudi 20 novembre 2008

Guilda, reine du cabaret interlope québécois

Dans la série portrait de nos stars
Guilda a fêté son 84ème anniversaire à Montréal le 21 juin 2008. Elle s'est installée au Québec au milieu des années 50 où elle a fait une brillante carrière.


vendredi 7 novembre 2008

Le Sorelli Marinetti

Une contribution de notre ami Paolo, qui nous vient d'Italie...
J'inaugure aujourd'hui une rubrique tout particulièrement destinée à toutes les jeunes folles qui ont envie de s'assumer et d'acquérir une culture interlope, qui hélas, semble faire défaut à beaucoup de jeunes ou moins jeunes.
Soyons donc ensemble à l'écoute de tout ce qui a existé, et découvrons tout ce qui se trame encore !

La Boîte à Frissons

Programme des soirées

Galeries de photos ()

Mailing-list

Inscrivez-vous à la mailing-list de la Boîte à Frissons :

 
Annuler mon inscription

 
 
La Boutique !
 
laissez nous danser